Together, Far & Beyond
 
PortailAccueilGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Piton à expansion / Spit / Gollot / Goujon / Cheville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Strike
[Sqvad] Löjtnant
[Sqvad] Löjtnant
avatar


MessageSujet: Piton à expansion / Spit / Gollot / Goujon / Cheville   Dim 21 Juil 2013 - 16:41


En escalade, un piton à expansion, est un système d'ancrage permanent constitué d'une tige expansive, sur laquelle est généralement vissée une plaquette. La tige est insérée dans un trou foré dans le rocher à l'aide d'un tamponnoir ou bien d'une perceuse à accumulateur, puis dilatée par insertion en force d'un cône métallique sur l'extrémité ou par vissage afin de la verrouiller par compression à l'intérieur du trou. On y visse ensuite la plaquette qui permet au grimpeur de passer le mousqueton ou la dégaine.

Les pitons à expansion sont utilisés comme point d'assurance en escalade libre, comme point de progression en escalade artificielle ou comme point de relais. Dans ce dernier cas ils sont généralement utilisés par deux, et reliés par une cordelette ou une chaîne métallique s'ils sont utilisés pour le rappel ou la moulinette.

Plaquettes

Les plaquettes sont des pièces de métal inoxydable incurvées (vrillées ou coudées) et portant un œil dans lequel on peut passer un mousqueton. La marque Petzl en commercialise sous le nom de plaquettes cœur. Elles sont fixées par un écrou sur une cheville métallique à expansion placée dans un trou de 8 ou 12 millimètres (auparavant 10) réalisé au perforateur ou au tamponnoir. La cheville porte souvent le nom de goujon ou spit. Les plaquettes peuvent être démontées, la cheville restant en place.

Historique

En Europe c'est le guide et fabricant de matériel de Courmayeur Laurent Grivel, qui utilisa pour la première fois un piton à expansion pour la première ascension du Père éternel une chandelle de pierre de 40 m de haut sur l'arête Nord-Ouest de l'aiguille de la Brenva, le 7 août 1928, avec Arthur et Oswald Ottoz et Albin Pennard ; Ils furent utilisés sporadiquement durant l'entre-deux-guerres, notamment à l'arête sud de l'aiguille Noire de Peuterey.

En 1952, lors de la première ascension de la face ouest des Drus, Guido Magnone, Lucien Bérardini, Adrien Dagory, et Marcel Lainé utilisent des pitons à expansions artisanaux pour franchir en artificiel une dalle lisse surplombante et rejoindre depuis la face nord, le point atteint quelques jours auparavant.

- Le Yosemite

Aux États-Unis, la première utilisation de pitons à expansion pour l'escalade daterait de 1939, quand Dave Brower, Raffi Bedayn, John Dyer et Bestor Robinson s'en servirent pour gravir le Shiprock3.

Au Yosemite le premier piton à expansion fut probablement placé en 1940 comme protection dans Higher cathedral Spire, qui avait été gravie pour la première fois en 1934 par Jules Eichorn, Bestor Robinson et Dick Leonard. Mais leur première utilisation comme moyen de progression date de 1947 lors de tentatives d'ascension de Lost Arrow Spire par John Salathé.

Leur utilisation alimenta des controverses importantes dans les années 1960, notamment entre Warren Harding pour qui tous les moyens étaient justifiés et Royal Robbins qui militait pour une éthique stricte et qui disait : « Placer un piton à expansion devrait être un acte conscient de transgression que l'on accepte à contre coeur parce que c'est nécessaire... Le placement de gollots est un viol : vous chercherez à l'éviter partout où vous pourrez ». Cette controverse culmina avec l'ascension de Tis-sa-ack au Half Dome en 1964, pour laquelle Robbins utilisa cent expansions en se justifiant « C'était une voie qui valait la peine d'être gollotée et après un moment je commençais à y prendre une joie presque perverse » et celle en 1970 du Wall of early morning light (ou Dawn Wall : le mur de l'aube) au Capitan par Harding. En 1971, Robbins entreprit de répéter le Dawn Wall en l'« effaçant », c'est-à-dire en arrachant tous les pitons à expansion, mais rapidement, devenu admiratif des passages d'artificiel franchis par Harding, il renonça à enlever les autres : « En fait cela signifiait qu'Harding avait gagné. »


- Europe occidentale

L'usage du piton à expansion se développe dans les années 1950, l'époque de l'âge d'or de l'escalade artificielle (notamment dans les Dolomites). Cet usage sera pourtant critiqué, et complètement rejeté par des alpinistes comme Walter Bonatti5 et Reinhold Messner pour lesquels il « tue l'impossible ». À partir des années 1970, une fois la mode des escalades artificielles « technologiques » passé (avec notamment le développement du matériel : coinceur, RURPS, copperheads, etc.), l'utilisation du spit comme protection ira de paire avec la révolution de l'escalade libre, d'abord dans les zones de dalles compactes improtégeables par des pitons ou coinceurs, puis de façon de plus en plus généralisée.

Conjointement avec l'ouverture des voies du haut, leur utilisation permettant le travail systématique des passages, jusqu'au vol devenu quasiment sans risque, permit une augmentation rapide du niveau d'escalade, ainsi qu'une démocratisation de la pratique de l'escalade à partir des années 1980. Au contraire, dans les pays anglo-saxons, l'escalade traditionnelle avec utilisation minimale des spits demeura la règle.

_________________
Yea, Though I Walk Through the Valley Of The Shadow of Death,
I Will Fear No Evil For I Am The Evilest Son Of A Bitch In The Valley



I didn't come here to impress none of you
MOTHERFUCKERS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://recon.forumactif.us
 
Piton à expansion / Spit / Gollot / Goujon / Cheville
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1.9D -Moteur] - Pression dans le vase d'expansion à froid !
» goujon de roues
» goujon de roue
» Quid du vase d'expansion
» RECH vase d expansion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RECONDO :: TREKKING :: 
MATÉRIEL
 :: 
Docs Techniques
 :: 
Le vocabulaire de l'escalade et de l'alpinisme (Source Wikipédia)
-
Sauter vers: